Le tuto pas comme les autres…

Bonjour, après un peu de temps pour me retourner et m’adapter (comme on peut…) à notre nouvelle situation de confinement, après avoir lu toutes sortes de choses sur l’utilité des masques en tissu et après en avoir cousu quelques uns, je me suis dit que peut-être un petit tuto pourrait être utile…

Je vous donne la procédure pour réaliser le masque conseillé par le CHU de Grenoble, plusieurs circulent sur le net, avec des indications différentes, j’ai préféré m’en tenir aux instructions d’un hopital !

vous trouvez via le lien, les explications et le patron.

On clique ici : https://www.hospitalia.fr/attachment/1878139/

Mais parfois, les images sont plus faciles à comprendre alors voilà comment je procède :

J’imprime le patron en veillant à cocher la case 100 % dans les paramètres d’impression. Après avoir décalqué le patron, ajouté 1 cm de marge de couture et découpé tout le matériel j’obtiens ceci (cf : instructions du pdf):

2 demi masques de chaque sorte : une polaire, un coton et un autre en coton un peu plus grand sur les côtés (+/- 3 cm de plus de chaque côté)

Je couds chaque masque, endroit contre endroit, le long du grand côté arrondi :

j’empile ensuite les 3 masques, dans cet ordre :

La polaire et la doublure, endroit de la polaire contre envers de la doublure

Puis le masque exterieur sur la doublure, endroit contre endroit.

J’assemble les 3 épaisseurs ensemble sur la partie haute et la partie basse (je ne couds donc pas les côtés, je veille à bien centrer les masques pour que les côtés les plus longs du tissu exterieur dépassent bien les 2 autres) :

Je retourne le « tube » ainsi formé, de telle manière à prendre la polaire en sandwich entre les 2 couches de coton :

Je repasse, replie les petits bords qui dépassent vers l’intérieur (avec un petit rabat pour faire l’ourlet) et je pique mes coulisses de chaque côté.

Si ma machine n’aime pas les sur-épaisseurs, je peux partir du centre et faire ma couture en 2 fois.

Il me reste à inserer les élastiques dans les coulisses (à l’aide d’une épingle nourrice ou d’un passe-lacet), plus ou moins 30 cm de chaque côté (en fonction de la taille du visage…), on fait un noeud et … voilà…

Si je n’ai pas d’élastique, je peux couper des bandes de jersey (vieux t-shirt), par contre il vaut mieux les faire plus longues et les passer derrière la tête (et pas derrière les oreilles) ça tiendra mieux.

Voilà, c’est fait… on constate sur la photo que le masque couvre bien le nez et la bouche.

Pour la polémique autour de l’efficacité, je vous renvoie à l’article de « Couture et paillettes », ingénieur textile :

Mais en résumé :

NON ! Ce genre de masque n’est pas un dispositif médical aux normes !

Mais OUI, c’est mieux que rien…

Il retient les grosses goutelettes (postillons, éternuements…) et aide aussi à ne pas se toucher le visage directement. La polaire (à l’intérieur) permet aussi, un peu, de retenir les micro-goutelettes en les attirant par son effet éléctrostatique (comme les swiffers)… c’est ce qu’on peut faire de mieux avec les moyens du bord.

Ce masque requiert aussi une utilisation aux règles strictes :

Il doit être lavé après chaque utilisation (et repassé c’est encore mieux)

Il doit être changé toutes les 3 heures, si il est porté en continu.

J’espère que ce tuto vous servira, faites en bon usage, mais j’espère bien plus encore que vous vous portez bien…

A bientôt…

Claire

Ps : voici un update de « Couture et paillette  » qui mérite d’être lu…

  • Twitter
  • RSS
Read Comments

Serpents…

Et voilà, pour une fois je suis dans les temps…

Le tuto du serpent fabriqué à l’atelier est en ligne ⇒ on clique ici et on y est !

Il peut servir soit de doudou soit de boudin de porte, il suffit de le rembourrer plus ou moins…

Voici pêle-mêle quelques photos des réalisations de mes élèves :

 

  • Twitter
  • RSS
Read Comments

Un imagier pour le King… #15. La poule

(Le préambule est ici)

La poule de Jean.

Aujourd’hui on passe du physicien à l’éléctro-chimiste…  les vrais artistes de la famille quoi ! 😉

Comme je l’ai déjà un peu expliqué ici (clic), Jean voulait dessiner une souris. Mais gentiment, il a bien voulu changer ses plans et a accepté de faire une poule. Encore une fois je suis bien contente, car je l’aime beaucoup cette poule, peut-être parce qu’elle est très différente de celle que j’avais pensé faire moi-même mais je crois surtout qu’elle m’invite au voyage…

Mon beau-frère a grandi sous un soleil bien plus généreux que celui de ma Normandie natale et je crois bien que sa poulette aussi… oui, je sais c’est hyper cliché (mais à force de me lire vous avez compris que je tombe facilement dans les clichés*…) mais chez moi, je n’ai jamais vu une poule comme ça… alors on dirait que ce serait une poule créole…

 

Regardez comme elle est coquette avec ses belles couleurs, on dirait qu’elle danse !

Lors d’un de mes cours de couture, une élève avait fait une robe de petite fille dans un très joli madras dont les couleurs me semblaient parfaites pour l’occasion. J’ai donc procédé a un troc de chutes (merci Virginie 😉 ) et j’ai pu en faire une jolie page (moyennant un petit raccord, car les pièces étaient toutes trop petites, mais ça ne se voit quasi-pas).

Sur du madras, quoi de plus joli que le blanc … et bien-sûr, une jolie bordure de dentelle (qui dormait dans mes tiroirs depuis trop longtemps pour que je puisse me souvenir de sa provenance…) !

Ensuite, j’ai cherché à prolonger le contraste couleurs/blanc.

La broderie machine vient du site de « La cocotte à carreaux » (un peu la moindre des choses pour une poule me direz-vous 😉 ), sauf qu’elle était trop grande, avec un œuf et un genre de nichoir. Il a fallu que je ruse pour ne garder que l’animal mais ça n’a pas été si compliqué que ça… ( je n’ai pensé qu’après à faire la broderie en premier et à placer le dessin par-dessus la partie qui ne m’intéressait pas, mais c’était trop tard…).

C’est une page que j’aime beaucoup, elle est finalement assez sobre et je trouve que le dessin est bien mis en valeur, et (à part les questionnements identitaires* 😉 ) je n’ai pas trop « souffert » dessus… c’est peut-être aussi pour ça qu’elle me plait tant !

 

Le dos vient encore de chez tissus.net

 

*En vrai cette fois ça m’a quand même un peu embêté, j’avais un peu peur qu’il se sente enfermé dans un cocktail « cocotier-zouk-ti punch » un peu relou à la longue… française à l’étranger (même proche) je sais ce que c’est d’être souvent étiquetée et ça peut être un peu fatiguant, j’ai fait un coup de sonde auprès de ma sœur qui devait me donner une réponse rapide… que je n’ai pas eue… donc, Jean, si tu me lis, … sans rancune… (et vois ça avec ta femme…)

 

 

La prochaine page sera le deuxième animal de mon papa : le cheval !