Un imagier pour le King… #13. Les flamants-roses

(Le préambule est ici)

Hier la canicule a eu raison de ma bonne volonté, il n’y a pas eu d’article, une chance que les températures soient plus respirables ce soir…

Et donc je vous avais annoncé les flamants-rose de… moi !!! Car, oui, réaliser le livre ne me dispensait pas de faire ma propre page 😉

Bien entendu, après avoir houspillé tout le monde sur les délais, j’ai fait mon « dessin » la dernière… et finalement tant mieux, parce que ça m’a permis de faire un échange de dernière minute. J’avais prévu de faire la poule pendant que Jean mon beau-frère avait choisi la souris. Le hic c’est que je ne trouvais pas de joli tissu pour une sourissette, alors il a accepté de changer d’animal et je lui ai cédé mon choix. (Mais on en reparlera à la page 15). Il restait à ce moment là le tissu flamants-roses que j’ai utilisé pour le dos. Quand je l’avais acheté j’étais certaine qu’Alice jetterait son dévolu dessus, mais rien à faire, elle voulait des paons et les a à peine regardés.

En ce qui me concerne j’ai choisi de faire un collage, il n’y avait que l’oiseau de Claudie qui reprenait cette « technique », et c’est amusant de voir à quel point nos résultats sont totalement différents !

J’ai commencé par chercher des motifs floraux sur Google image pour les imprimer. Je l’ai déjà dit, je suis assez primaire, qui dit rose, dit… roses !!! Flamants ou fleurs, même affaire…

J’ai découpé mes papiers pour en faire les silouettes de mes oiseaux, idem pour « l’eau », et après avoir tout collé en reprenant les détails aux marqueurs fins j’ai scanné l’ensemble. C’est tout.

Au moment où j’ai travaillé la page, j’ai trouvé dans mes affaires un petit coupon de tissu un peu exotique qui convenait parfaitement, ce serait un peu chargé mais tant pis, au moins ce serait tropical 😉

Comme je n’avais pas encore « collé » mes petites étiquettes quelque part, il devenait évident qu’elles iraient sur ma page (puisque j’en couds sur la plupart de mes productions « couturistiques », un genre de signature finalement…). J’ai donc brodé les mots un par un sur des tissus ROSES différents, avant de les transformer en petites « étiquettes » que j’ai insérées dès le départ sous ma couture de fixation au point de bourdon (que j’ai faite rose aussi pour l’occasion…). J’en ai profité pour y glisser aussi quelques rubans, histoire que le King puisse chipoter tout ça (comme on dit en belge…).

Il n’y avait besoin de rien d’autre, c’était largement assez chargé comme ça…

J’ai placé ma page derrière celle de l’oiseau à cause des couleurs comme à chaque fois, ce n’était pas idéal mais ça ne jurait pas non plus.

J’ai acheté assez du tissu du dos (toujours tissu.net) pour en faire un petit quelque chose à ma fille, espèrons qu’elle ne me mette pas encore un gros vent 😉

Demain, un papillon, mais sûrement pas un papillon ordinaire… (normal, c’est celui de mon chéri…)

 

 

 

  • Twitter
  • RSS

Une réponse sur “ Un imagier pour le King… #13. Les flamants-roses”

  1. […] je l’ai déjà un peu expliqué ici (clic), Jean voulait dessiner une souris. Mais gentiment, il a bien voulu changer ses plans et a accepté […]

Laisser un commentaire